MIEUX VIVRE AVEC MES ACOUPHENES 

Séances individuelles réservées aux personnes souffrant d'acouphènes (sifflements, bourdonnements, autres bruits dans les oreilles), ayant pour but de mieux les intégrer et de les percevoir avec moins d'intensité émotionnelle. 

Les séances  sont prises en charge par la plupart des assurances-maladie complémentaires.



Lien sur l'émission 36°9  de la RTS, consacrée aux acouphènes, dans laquelle j'ai été invité à m'exprimer  il y a quelques années:
http://www.rts.ch/video/emissions/36-9/#/video/emissions/36-9/68102-acouphene-ce-bruit-qui-rend-fou.html



 

Les acouphènes (ou tinnitus ) sont des perceptions de bruits ou de sons qui ne proviennent pas de l’extérieur, mais que nous produisons nous-mêmes. Ils se manifestent dans les oreilles sous forme de sifflements ou bourdonnements, mais aussi sous d’autres aspects sonores. 

Alors que leur présence est incontestable pour celle ou celui qui en souffre, ce sont pour les autres des sons inaudibles  . Et si la plupart du temps leur origine est indécelable, elle aboutit à un  mauvais fonctionnement du système auditif. Ils peuvent toucher une ou les deux oreilles,  être permanents ou intermittents. Ils sont parfois accompagnés d’autres symptômes, tels que perte d’audition, vertiges, sensibilité accrue aux bruits.

Les acouphènes peuvent provoquer des difficultés de concentration, de la fatigue, des troubles du sommeil, des tensions, de l'anxiété. Leur apparition inopportune, désagréable, peut avoir des répercussions sur le moral et
diminuer notre qualité de vie jusqu'à perdre le goût des plaisirs de l'existence. Cela dépend de leur intensité, mais aussi de la perception que nous en avons. 
Un même son peut perturber les uns et laisser les autres indifférents.

Un examen médical par un spécialiste est une première démarche essentielle, pour s’assurer qu’il n’y ait pas de pathologie. Si tel n’est pas le cas, ce qui vaut pour une majorité d’acouphènes, il s’agira de prendre conscience que pour l’instant, au-delà du diagnostic , aucun spécialiste ne pourra « arracher »  cet acouphène.  De même, au-delà de réussites dans des cas particuliers, aucune médecine naturelle n’a non plus  à ce jour réussi à les supprimer.

Ce handicap nous appelle donc à une approche différente, à un changement d’attitude: c’est le début de l’aide à soi-même. Plutôt que de combattre les acouphènes en première ligne ou d’ essayer de les faire taire, il s’agit plutôt de trouver une manière de « vivre avec », d’apprendre à s’aider soi-même, de manière à ne pas vivre en perpétuelle confrontation, mais en les intégrant à notre existence, et en les prenant comme point de départ d’un changement de cap.

 La véritable « auto-aide » signifie donc un effort sur soi-même par une recherche des possibilités de réduction et de solutions à des problèmes annexes tels que le stress ou à toutes les situations génératrices de tensions.
Il s’agit donc d’ entreprendre une démarche profonde qui répond à un symptôme profond, qui exige des réponses sincères et authentiques, qui conduiront probablement à des changements bénéfiques d’attitudes, d’habitudes, de comportements,  allant bien au-delà des problèmes d’acouphènes.

La détente est une partie essentielle de cette démarche. Pour cela, les solutions les plus simples sont souvent les meilleures : rien de tel qu’une promenade dans un paysage qu’on aime, un bon moment passé en compagnie agréable, un défoulement sportif, danser, etc.

Mais il y a aussi une multitude de techniques puissantes qui permettent d’aller plus loin et qui conduisent au cœur de l’être : la méditation, le yoga, le taï-chi pour n’en citer que quelques-unes ; parmi elles, la relaxation sophronique propose, par des exercices spécifiques, très simples et à la portée de tous, de prendre conscience et de vivre intensément tous les ressentis corporels et par là-même de moins focaliser sur nos acouphènes. 

La relaxation sophronique détend en profondeur les systèmes musculaire, nerveux et respiratoire, et par là-même, l’ensemble de l’organisme. C’est une ouverture sur le monde de nos sensations et à de nouvelles perceptions qui nous amènent à agir et réagir avec un regard sans cesse renouvelé. Les exercices que nous apprenons à pratiquer en séance,  accessibles à toutes et tous, quel que soit votre âge, ne requièrent aucune condition physique préalable. Cependant, seule la répétition régulière apportera une efficacité maximale aux bienfaits de relaxation et aura un effet hautement bénéfique  sur le stress et sur la stabilisation, et qui sait, sur la diminution des acouphènes. 

Sophrologue formé à l’Académie suisse de sophrologie caycédienne, je vis moi-même avec des acouphènes depuis 1993 et suis de ce fait d'autant plus à même de comprendre ce que les personnes acouphéniques vivent et ressentent.

 voir également mon site : www.sophro-acouphenes.ch